les pensées du jour

Publié le par Isabelle Madesclaire

7 août 07 : Démocratie participative. Le poids d'internet dans la campagne électorale, sur France Culture Contre-expertise de Xavier de la Porte: le rôle des blogs pour participer au débat de fond dans les premières phases; l'autorégulation, l'émergence de quelques idées nouvelles, la multiplication des relais, l'écoute des têtes politiques. Pas de révolution, juste une façon d'être citoyen avec son temps.

26 août 07 : "Recherchez la simplicité, et méfiez-vous en"
disait le philosophe américain Alfred North Whitehead (1861-1947), une découverte pour moi grâce à l'émission de France-Culture Une vie une oeuvre, du 22 août à 14h. La pensée de ce mathématicien philosophe m'a frappée au point que je l'ai renregistré. A écouter et réécouter, pour les amateurs de philo!  Il y a notamment un passage caustique sur les méfaits de la professionalisation de la pensée. Quel rapport de cette philosophie avec l'urbanisme? Eh bien si... le temps, l'espace, tout ça. Et justement, je sens que le syndrome technocratique me guette. Allez, l'urbanisme ne se pense pas dans une bulle étanche.
à tous une belle semaine , Isabelle Madesclaire


1er septembre 07: C'est la rentrée. Avec plus ou moins de bonheur, l'ennui ou déjà l'angoisse pour les écoliers, et le boulot pour les lycéens.
Et pas seulement pour les lycéens, car il s'en passe des choses dans la vallée : le Plan de Déplacements Urbains de la haute-vallée de l'Arve (enquête publique dates ci-contre), le PPR-avalanches à Chamonix, celui des Houches à venir. Au programme aussi pour Chamonix, la ZPPAUP (patrimoine), et la révision du PLU. Et partout, le problème de l'habitat.
A quand un schéma d'ensemble pour la haute vallée? On n'en est peut-être pas si loin,techniquement parlant, maintenant que le PDU est engagé. Voyez ci-dessous l'article sur la "regénération urbaine". Un projet, pour la prochaine mandature?
à bientôt donc, Isabelle Madesclaire

14 septembre 07 : la Techno-Planète
Pendant que la France se penche sur son patrimoine, que les chamoniards se souviennent des temps heureux au Lavancher, les métropolitains paradent en techno pour l'écologie. Foutaise? Pas du tout. Je me suis trouvée rue de Rivoli face à la Techno-Parade dédiée au Défi de la Planète. Comme le défilé était long, ma description l'est aussi,. Elle se lit dans l'article intitulé Techno-Planète, dans la catégorie "en stock".
Parallèlement le Grenelle de l'Environnement commence à faire gronder les écolos qui dénoncent le grand écart entre les dires et les faits.
Et dans notre vallée le PDU est en pleine enquête publique. Notre avis a été publié au Dauphiné Libéré. Espérons qu'on paradera un jour pour une vallée tout à fait propre, sans voitures et soucieuse de la planète.

A propos de l'action Pedibus
Savez-vous que'aux Etats-Unis, les jeunes lycéens dès 16 ans vont quotidiennement à leur lycée en conduisant une des voitures familiales? Cela évite
aux parents de faire un aller et retour. Imaginez la marée de voitures qui entoure les établissements... C'est le cas à Seattle, ville passée en 15 ans de 1,5 à 4 millions d'habitants. Peu, très peu de TC, des embouteillages et des distances croissantes. On voit mal là-bas comment se passer un jour de la voiture. La vieille Europe, c'est quand même pas si mal que ça.
Hier et aujourd'hui, jours de grève, la marche et les vélos règnent sur Paris.

26 octobre 2007
La terre française tourne autour du Grenelle de l'Environnement... ou presque. Nous suivons.
Mais je voudrais dire mon malaise. Pour positif que soit le Grenelle pour l'environnement, il ne doit pas nous conduire à occulter les autres questions
qui peuvent nous concerner, comme celles d'un contexte économique inégalitaire, ou de pratiques contraires aux principes humanitaires.
Nous touchons ici les limites de la réflexion sur l'environnement, qui doit à la fois respecter la globalité et garder l'intégrité de la conscience. Dans le fond, c'est peut-être là l'essence même de l'engagement pour l'écologie.


27 octobre 2007
Prenons donc la bouffée d'air frais du Grenelle. On devrait progresser avec le facteur 4 (1/4) d'émissions d'équivalent carbone d'ici 2020, Illusion, dira-t-on. Mais au moins intellectuellement, l'ouverture est là, avec même une promesse de développer la recherche sur les énergies renouvelables.

Passons aux applications, thème par thème : moins polluer, se déplacer, bâtir, consommer... une nouvelle "charte d'Athènes", en somme.
Isabelle Madesclaire
4 novembre 2007
Pensée du dimanche
Jour du Seigneur! Il paraît que la justice divine avait même touché une veuve, qui ne cessait d'importuner le juge sans se laisser démonter. Je me suis demandée si nous saurions ainsi donner de la voix. Ce qu’à la grâce de Dieu la petite veuve du coin a pu obtenir, pourquoi ne serions-nous pas à même de l’espérer? Même si notre cause n’a guère été entendue par le tribunal, nous continuerons à faire entendre notre voix. Notre but est de nourrir une réflexion par des analyses et des faits que nous souhaitons justes, et ce n'est pas chose facile. C’est là notre espoir, sans prétention démesurée, et qui sait s’il ne sera pas un jour entendu et partagé.

Isabelle Madesclaire

22 novembre 2007
L'après Grenelle. Retour au monde. On le sait maintenant, il va falloir changer nos modes de pensée et de vie assez rapidement. Mais comment est-ce qu'on aborde collectivement ce virage? Dans un bolide c'est assez facile à calculer puisque tout est cohérent, mais dans des systèmes complexes, où rien ne va à la même vitesse, où les connexions sont fragiles, je me demande bien comment cela peut se piloter.
Les penseurs le savent depuis longtemps. J'ai entendu une oeuvre du compositeur américain Charles Ives, écrite en 1915. L'oeuvre mobilise 9 groupes d'intrumentistes disséminés dans la salle de concert de la Villette, et 5 chefs d'orchestre. Les partitions n'ont pas le même rythme, elles ne vont pas  la même vitesse. C'est grâce à l'informatique que l'oeuvre a pu être jouée pour la première fois en 1995, avant c'était matériellement impossible. L'informaticien a réglé les rythmes de manière à ce que les sons se retrouvent aux moments voulus, et chaque chef reçoit le rythme autonome qu'il doit suivre par une oreillette. Un écran visualisant le chef principal permet de suivre le fil.
Résultat : pas du tout une cacophonie, au contraire, une oeuvre fluide, avec des variations très libérées.

Ce que je veux dire, c'est qu'au milieu de nos carcans règlementaires, de nos pesanteurs sociales, il y a soudain des chemins qui se tracent : l'écologie, l'énergie, l'ouverture au monde. Ces pistes de recherches vont beaucoup plus vite que notre fonctionnement quotidien, et elles vont entraîner
plus ou moins vite celui-ci.
Le scientifique reprend un rôle pionnier, dit-on. Il va falloir revoir nos habitudes, non pas en fonction de discours établis, mais en fonction des découvertes prises sur le vif. Pour cela il faut écouter, absorber, réléaborer à l'intérieur de soi un système de connaissances qui permet à notre milieu de s'adapter.
Qant à imaginer l'avènement d'un monde meilleur, l'histoire du XXème siècle nous apprend combien il faut se garder contre les idéalismes... Partout
les excès se glissent, dans la culture des biocarburants comme ailleurs.
Restons donc attentifs, pour que qu'à l'écologie et à l'énergie restent liés un rééquilibrage de nos activités.

Isabelle Madesclaire

Publié dans pensées du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article