Techno-Planète

Publié le par Isabelle Madesclaire

14 septembre 07 : la Techno-Planète est à Paris.
Pas de voitures, marche à pied, culture ou anti-culture, fractionnement social, écologie, populisme, tourisme, tout cela était juxtaposé à Paris ce samedi 14 après-midi : les métropolitains paradent en techno pour l'écologie. Foutaise? Pas du tout. rue de Rivoli la Techno-Parade est dédiée au Défi de la Planète.
"Prends ta planète, relevons le défi", énonce écologie.gouv.fr, suivi  par des très jeunes mus, m'a -t-il semblé, par une sidérante absence de pensée. Mais bon, les choses s'améliorent avec les camions humoristiques: "l'agriculture rythme nos cultures", "vini-sound".
Parfois on reste dubitatif : pub pour des voyages pour festival, camion puissament polluant de Planet-Sound; pire : l’énorme camion Xplosive Session, degré zéro de réflexion pour  le thème... Un music store, groove maker, "l'autre côté de la musique", a engagé des très jeunes. Passons sur les chars des pros du glamour, et des dégentés de Solvey Relevage.
C'est donc ça, et ça seulement, l’action jeunesse pour l'écologie et pour sauver la planète? Petit goût de cendres.
Un masque sarko redonne le goût de rire.

Parce qu’il y a aussi des chars géniaux.
Kombo Clandestino “musiques tangantes" superbes, de tous continents, des jeunes conscients, c'est bon.  
It's not too late.com "rejoignez la révolution énergétique", "respectez la jungle" , leur char est une forêt et leur musique est splendide.
Kosmopolitan.com, “ElectroFarmers” de génie (magic garden, objectif groove) très belle musique créative, sono ++
Tous sont de vrais musiciens.
L'eau de paris.fr s’y met : “un peu de glamour au robinet”.
La banderolle très correcte des jeunes verts.fr  “change le monde change ton caddie”.
Un clou: un superbe char déco, des intellos à la musique grandiose bien adressée au public, pas de thème pas de pub. 
“Ici aussi je trie - triez moi”  propose 21 bouteilles égal 1 pull, 670 cannettes égale 1 vélo... genre trash, des adultes avec leurs enfants, une musique incroyable à références pop, (eco-emballages, scrypton, scratch massive, institutes, eyes need sugar),  la foule les suit.

C’est étrange, ces paquets de public nettements distincts  : des petits groupes, par cités, par quartiers, dansent ensemble, et suivent les chars selon leurs affinités. La musique créative attire ceux qui dansent le mieux, ceux des cités qui semblent plus exigents.
C’est étrange, toutes ces nuances, ces distinctions, ce peu de mélange des genres et des groupes sociaux. C’est une fête des catégories, et non un brassage unitaire. Un malaise est perceptible, parfois.

Pourtant tout est formaté, formulé, configuré selon un schéma répétitif: un char, des suivants-dansants. Tous les chars diffusent un même rythme : pong pong pong pong, avec un nombre restreint de notes, souvent à l’unisson... Les gestes sont identiques: les doigts en l’air, deux rouleaux, droite, gauche, derrière la tête, ouah... la danse vient de la street,  épuisante, très technique, formelle.
C’est que tout est dans les effets, la transformation des sons, les filtrages, les dilatations, les clusters. On apprend cela à l’IRCAM, dans des ateliers où le vocabulaire électronique détermine la composition. Que ce soit en musique contemporaine, en jazz, ou en techno, pour créer il faut connaître ces ressources infinies de variations sonores.

Pouvions-nous prévoir que parallèlment au très officiel Grenelle de l’Environnement, l’écologie allait descendre dans la rue?  Pas militante, pas utopiste, pas spécialiste : elle s’est offerte comme objet d’appropriation, caméléon passif et privé de sens, vecteur impavide de toute l’électro-énergie que la techno(logie) insuffle aux cellules vivantes de la jeunesse. L'écologie banalisée, produit des medias, avant d'être concrétisée, on ne s'y attendait pas de si tôt.


Publié dans pensées du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chantal boddaert 29/09/2007 23:20

Bonjour Isabelle, je me suis régalée à lire votre article digne d'une journaliste très pro avec beaucoup d'humour.  Avez-vous dansé ?Même si ces camions ont du apporter bien de la population, disons que cela peut être excusé pour cette fête "écologique" ... descendu dans la rue qui peut-être n'était -ce pas tout à fait  "écologique", mais au moins elle a eu le mérite de montrer que beaucoup de jeunes ont conscience du problème.  C'est un premier pas...Je vous suppose toujours "speaking english" !!a très bientôt et bien amicalementchantal