pensée du jour : la flamme des JO, Chine, Tibet

Publié le par UrbaSite Mont-Blanc

Nous voilà devant nos consciences, et elles nous bousculeront à Paris lundi prochain 7 avril - mais la flamme n'avait-elle pas transité par Chamonix il y a cinq ans?
Hier soir sur Arte, Robert Ménard, Reporter Sans Frontière rappelait utilement la base pacifique des JO : mettre de côté les conflits mondiaux pour montrer qu'on peut être ensemble et donner son meilleur. Cette pensée est tellement évidente qu'on ne la formule plus - de là à l'occultation, voire le déni, la distance est vite franchie. N'avons-nous pas bien vite oublié la leçon des JO de 1936?
De compromis en aplatissement, nous ne voyons pas la triste réalité :   les Européens passent  aux yeux de nos interlocuteurs chinois pour peu sérieux dans leurs engagements moraux. Cette vérité, ce sont les milieux du dialogue diplomatique qui tentent de la faire émerger dans l'opinion publique, au-delà du lourd silence qui recouvre les affaires commerciales. Et ils nous incitent à la prudence, car au sein même du système chinois des prises de conscience s'effectuent.

A Chamonix, on peut donc légitimement se demander s'il est indispensable, pour obtenir un contrat commercial, d'oblitérer voire de dénier les identités culturelles, les relations de montagne à montagne, les traditions et les amitiés historiques qui ont pu rapprocher les flancs himalayens et ceux du Mont-Blanc.

On se tourne spontanément vers l'Office du Tourisme, pour trouver une éthique d'un tourisme respectueux des cultures et des hommes.

Il se trouve que des opérateurs chamoniards en Chine ont défrayé la chronique ces derniers temps.  Ces spécialistes ont-ils des suggestions pour une ouverture culturelle du dialogue avec leurs correspondants?

Toute la question est de savoir s'il est possible de rester fidèle à ce patrimoine culturel et historique, tout en négociant des contrats touristiques avec les puissants agents chinois.
  • - Connaissons-nous en profondeur  les positions de nos commanditeurs chinois - comme les chamoniards connaissaient autrefois les premiers touristes et les familles "clientes"?
  • - Sommes-nous à même d'amorcer un dialogue avec eux, à partir de notre propre expérience pour conserver l'identité originelle et le patrimoine culturel montagnard,  proche à bien des égards de la spiritualité bouddhiste?

Nous sommes nombreux à formuler le voeu que la vallée de Chamonix sache préserver, au XXIème siècle mieux qu'au siècle précédent,  une certaine dignité dans son activité touristique.
Isabelle Madesclaire

Publié dans pensées du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

isabelle madesclaire 05/04/2008 12:08

Victime d'encore un échec informatique, Alain Bertrand me demande de transférer le commentaire suivant : Chère Isabelle,Je reconnaîs bien là les principes parpaillots que l'on m'a inculqués dans ma jeune enfance. Depuis, les grandes idéologies du 20ème siècle nous ont enseigné que l'enfer était pavé de bonnes intentions. La mondialisation du 21ème siècle nous embarque dans un frêle esquif, nous y sommes au coude à coude avec toutes les nations. Solidarité mondiale obligée. Le boycott est une réaction autiste aussi adaptée à la situation que celle des 3 singes qui se couvrent les yeux, les oreilles et la bouche. Une parabole moderne illustre les vertus négatives du boycott:Dans son désir d’infléchir le gouvernement chinois, une vaillante américaine s'est soumise à la discipline de n'utiliser aucun produit qui comporte la moindre composante chinoise.Elle vit aujourd’hui dans une grotte, elle est couverte de peau de bête et respire le moins possible, parce que des courants de haute altitude rabattent les miasmes de la pollution chinoise vers les USA.Conclusion : 1) nos valeurs morales ne sont ni éternelles, ni universelles. Le sacrifice d'Abraham en est une illustration antique. En son temps il fut un héros révolutionnaire. Pour nous il n'est qu'un abruti criminel, qui obéissait à un ordre idiot : égorger son fils pour la plus grande gloire de Dieu !2) la solidarité mondiale est déjà un fait économique, vivons-la en inventant une morale intelligente et fraternelle, débarrassée de la morgue de nos puritains drapés dans une bonne conscience archaïque. La Chine a des problèmes avec son Tibet, son équilibre social et économique. Aidons-la, parce que son bien est aussi l'intérêt immédiat de chaque petit Européen. Ouvrons-nous à la Chine, afin qu'elle s'ouvre au Tibet.