L'année 68 vu par Rothman. 68 à Chamonix

Publié le par UrbaSite Mont-Blanc

Vous avez vu ce documentaire sur France 2, ce soir? C'est fou ce qu'il s'est passé cette année-là.
C'était bien ça. Sauf que c'était le PSU,
avec Rocard, qui menait le jeu et qui a ouvert la parole dans la société. Et bien sûr Krivine, inoubliable, à la Sorbonne. Le PC n'est revenu qu'après... Alain Bertrand confirmera sans doute?

A Chamonix l'année 1968 a été importante aussi : si ma mémoire est bonne, c'est cette année-là que ce sont décidées les opérations de Chamonix-Nord et de Chamonix-Sud , dans une sorte de partage de la ville entre les deux hommes forts,   Maurice Herzog et Philippe Edmond Desailloud.
Chamonix-Nord était une opération audacieuse d'architecture moderne, de Roger Taillebert, avec pour seul programme des équipements publics et des espaces verts.
1968 a-t-il aidé à faire accepter ce programme non spéculatif par l'administration? Je dois vérifier dans ma thèse. Le grand projet des Halles à Paris avait été bloqué en mars 1968, on craignait les réactions de l'opinion.
L'architecture en elle-même a été mal tolérée et a coûté cher politiquement à Maurice Herzog. Aujourd'hui, avec un effort, on pourrait retrouver la modernité de l'ensemble et mettre en valeur un esthétique laissée à l'abandon. Une histoire de 68 à suivre...
Justement, c'st le thème des Journées Européennes du Patrimoine 2008 : Patrimoine et Création. Une chance à saisir pour Chamonix?

L'hôtel Alpina s'est greffé à la suite (projet environ 69-70?), indépendament de Chamonix-Nord. C'était à l'époque considéré comme énorme, et très commercial. Certains apprécient ses façades alévéolées, mais on est loin de l'esprit de 1968.
L'hôtel, rénové il y 3 ans non sans élégance, a gagné encore des surfaces : un niveau plein en haut, et un en sous-sol pour un boîte de nuit. Il semblerait qu'il soit à nouveau mis sur le marché.  Avec une capacité mythique : n'est-ce pas là, d'après une légende actuellement dans l'air du temps,  que 8 000 indiens seraient attendus ce printemps, pour une nuit (enfin, pas tous en même temps...) ?
Isabelle Madesclaire

Publié dans pensées du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alain BERTRAND 10/04/2008 13:04

Frères et soeurs siamois
 
Beaucoup des
critiques adressées au gouvernement chinois sont justifiées, mais les
protestations inappropriées. Pourquoi ? Du fait de la mondialisation des
économies, la Chine et le reste du monde sont frères et soeurs siamoises. Tu
n'aimes pas ce que ton frère fait, OK, dis-le lui, mais sans lui taper sur la
gueule, parce que les coups te font aussi mal à toi qu'à lui. Alain B.
 
Droit d'ingérence et  Devoir de solidarité
 
Le Droit d'ingérence auprès du gouvernement chinois se conjugue au Devoir de solidarité avec lui. Nous
voguons dans un même esquif économique, si la Chine chavire, le monde sombre.
Or, le pays est une chaudière sociale sous pression.
Exemple : l’Occident lui demande
de
1)     écraser ses coûts de production (donc
les salaires ouvriers),
2)     ré-évaluer le Yuan (donc créer du
chômage)
3)     maintenir la paix sociale (donc faire
taire les revendications)
4)     accorder des droits démocratiques à
la française à ces mêmes ouvriers et paysans, alors que les structures
politiques, légales et syndicales de ces droits commencent à peine à
s’ébaucher.
Nous demandons l’impossible. Mao les
avait ramenés au moyen âge, DENG Xiao-Ping, en 25 ans, leur a fait franchir 300
ans de notre histoire. Vous exigez 600 ans ?
Les dirigeants nationaux chinois que
j’ai pu rencontrer, sont conscients, qu’à terme, le développement économique
impose inévitablement la démocratie. Leurs avis ne divergent que sur le terme
et sur l’endroit par où l’introduire.
 
Tibet :
pourquoi le gouvernement chinois a-t-il peur de dialoguer avec le Dalaï Lama, homme
sage et modéré ?  Parce que
l’autonomie d’une région est la boîte de Pandore qui peut s’ouvrir sur une
désintégration de la Chine. Même Shanghaï  est susceptible de faire sécession : en se désolidarisant des
provinces intérieures pauvres, elle deviendrait du jour au lendemain le pays le
plus moderne du monde. Qui peut garantir au gouvernement chinois qu’une
autonomie relative du Tibet ne l’entraînerait pas dans une spirale déstabilisatrice ?
 L’unité de la Chine garantit la paix
civile de la Chine, c'est-à-dire notre niveau de vie et notre démocratie français.  Le Président HU Jin-Tao a réagi de façon inappropriée,
mais il demeure notre camarade de voyage. Nos destins sont liés. Quand mon
frère patauge dans la merde, il réagit dans la panique et mal. Que dois-je
faire : le juger du haut de ma bonne conscience d’ancien colonialiste et
lui jeter des pierres, ou bien lui tendre la main et chercher ensemble une
solution.
Comme les décisions de la Chine ont
une incidence immédiate sur notre vie franco-française, nous avons le Droit d'ingérence et le Devoir de solidarité.
Qui veut le bien de la France, ne
peut se passer du bien de la Chine. Ce « bien » reste à définir en
toute humilité avec ce gouvernement chinois qui fait « ça qu’il peut, avec
ça qu’il a ».
Alain BERTRAND