Flamme des JO,Tibet: les chinois, touristes ou sans papiers

Publié le par UrbaSite Mont-Blanc

Paris Reuters lundi 7 avril 10:35: "Pas anti-chinois mais contre la dictature" (banderole)
"Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées sur le Parvis des droits de l'homme, au Trocadéro, à Paris, pour protester contre la répression au Tibet, peu avant le départ de la flamme olympique de la Tour Eiffel, à quelques centaines de mètres... La police a bloqué l'avenue reliant le Trocadéro à la Tour Eiffel... " (Thierry Lévêque)
13h sur France Inter, avec Fabrice Drouelle : la flamme est rallumée! ! elle a été éteinte au début des manifestations, on l'a vue sur le pont Bir-Hakeim, puis elle a été hébergée dans un autobus protégé par une importante force policière. Beaucoup beaucoup de monde dans un esprit pacifique, quelques étudiants chinois demandentdu dialogue, pas un mur... Indifférence totale des habitants chinois du 13ème.
La suite, elle est connue aux nouvelles du soir. Il y a les pour, il y a les contre,. Il y a les discours officiels et les "trous" d'information. Les banderoles posées par des grimpeurs du vide. Allez, à Paris, on a fait du mieux possible.
Ce que j'espère : que nous puissions chez nous-mêmes respecter intégralement les droits de l'homme, pour les "sans-papiers" comme pour les autres, et dans le tourisme comme dans toute autre activité.

A Chamonix, comme à Paris, on voit bien des touristes chinois, mais un dialogue est-il possible?

Je transmets ici des articles que m'a envoyés Alain Bertrand, sinologue et acteur du tourisme à Chamonix:
textes d'Alain Bertrand      Le Monde Katia Buffetrille      NYTimes Nicholas D. Kristof

Dans le même temps, "en live" sur mon écran, d'autres chinois sont  évoqués, et ce ne sont pas les touristes de la Tour Eiffel ni de l'Aiguille du Midi : "M.Huang va être expulsé, faxez à la préfecture" ... "Ouf, il est libéré"... le RESF n'a de cesse de sauver des situations. Sur les 500 000 immigrés chinois en France, combien vivent dans une misère noire et dans la peur?
Je ne sais pas s'il y a un dialogue possible, encore moins de solution, mais au quotidien, nous vivons ce grand écart.

Publié dans pensées du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article